Imprimer
Catégorie parente: Messages
Catégorie : Messages du Président
Affichages : 847

Cette année 2019 se profile avec de nombreuses incertitudes après un chute violente de la Bourse parisienne et des bourses mondiales en décembre dernier. Les négociations Sino -américaines sur le commerce vont rythmer le printemps 2019 tout comme la vague du Brexit ou du No Brexit qui va et vient chez nos voisins britanniques.

L’Europe pèse peu dans l’équilibre international alors qu’elle représente 20 % du PIB mondial à égalité avec la Chine ou les États- Unis. Après de folles années de mondialisation accélérée on assiste aux premiers pas d’une démondialisation orchestrée par les États-Unis. L’Europe redécouvre que malgré l’Euro elle reste un ensemble composite entre le Nord et le Sud, les pays fondateurs et les anciens pays de l’Est qui n’ont pas la même définition de la séparation des pouvoirs et du fonctionnement de la démocratie.

Les Docteurs en France malgré les réformes mises en œuvre par les Universités pour renforcer l’attractivité du doctorat n’ont toujours pas la place qu’ils pourraient avoir dans notre économie et dans notre société à la différence de la reconnaissance acquise au niveau mondial hors de France et notamment dans les économies les plus performantes et innovantes du monde.

La publication du décret le 16 septembre 2018, qui crée un concours spécial d’admission à l’ENA pour 3 ou 4 docteurs par an à partir du printemps 2019, change la donne par rapport aux pratiques antérieures mais il soulève de nombreuses questions.

Cette nouvelle voie de recrutement peut-être reconnue comme un signal positif mais l’acquisition d’un passeport de découverte de la Haute administration française délivré à doses homéopathiques à quelques-uns permettra-t-il de relancer l’économie nationale et contribuera-t-il à la transformation de notre société mis à part la stabilité de carrière qu’elle peut assurer à ces quelques-uns ?

Les rares Docteurs recrutés annuellement vont-ils transformer la Haute administration ou les Docteurs deviendront-ils des technocrates purs et durs qui oublieront vite la recherche et leur laboratoire de rattachement si ce n’est pour en gérer des enveloppes budgétaires dans un cadre ministériel !

La question reste posée mais le monde qui se crée et se développe en Europe et au-delà n’a pas besoin d’artefacts de ce type pour être à la pointe de l’innovation et du changement.

Dans ce monde turbulent le côté positif c’est que les Docteurs et notamment en Économie et en Gestion ne peuvent que voir leur rôle augmenter dans un futur proche car les compétences acquises sur des sujets à la pointe dans des environnements incertains seront utiles et souvent indispensables à notre société pour se transformer. La politique des banques centrales et le soutien à la croissance sont plus que jamais d’actualité. La transition énergétique, l’intelligence artificielle et son impact sur l’emploi tout comme le déploiement de la technologie Blockchain pour restaurer la confiance dans les transactions sont des sujets majeurs.

Au récent salon de las Vegas les nouveaux concepts de mobilité dont la voiture autonome ont été mis en avant et ils deviendront possibles prochainement grâce au déploiement de la 5 G.

Certains auront pu visionner le premier ordinateur quantique présenté par un grand groupe américain qui augure des transformations profondes qui vont être impulsées à nos sociétés par ces nouveaux outils qui suivent la création des premiers ordinateurs puis la mise en place de l’Internet et le développement du secteur informatique, lesquels ont révolutionné les entreprises depuis 1960 jusqu’à maintenant.

Des secteurs comme la santé, la météorologie, la conception de molécules, l'industrie, etc.… seront directement affectés par ces nouvelles possibilités de calcul qui viendront renforcer l’IA et le développement de la Chaîne de blocs.

Ceci amène au développement de la réflexion éthique sur l’usage de ces nouveaux outils et sur le traitement de la donnée.

Les chantiers sont nombreux à ceux qui veulent s’en emparer sans mentionner l’organisation du grand débat national en France qui remet les territoires, les élus et la décentralisation au centre des sujets d’actualité !

Je vous souhaite à tous une excellente année 2019