Imprimer
Catégorie parente: Chronique
Catégorie : Nadia Antonin
Affichages : 2497

Laurent Gille dans son ouvrage intitulé "Les dilemmes de l'économie numérique" rappelle que le "concept de fracture numérique est né avec la bulle internet à la fin des années 1990, à un moment où internet semblait submerger le monde."

Le concept de "fracture numérique" ("digital divide") renvoie à l'idée de division en deux groupes : d'un côté, ceux qui bénéficient de l'économie numérique et de l'autre, ceux qui en sont exclus.

Conçu au départ comme une forme d'exclusion des personnes n'ayant pas accès aux technologies de l'information et de la communication (TIC), cette expression a évolué. Désormais, ce dernier vise non seulement les inégalités liées à l'accès matériel aux TIC mais également les inégalités liées à leurs usages. On est passé de la notion de fracture numérique à celui de fracture cognitive ou de "fracture numérique au second degré"("second order digital divide").

1. Un état des lieux de la fracture numérique

 En France, selon une étude de l'INSEE publiée en 2013, la fracture numérique se réduit en France et l'internet mobile confirme sa forte croissance. Il aura fallu une douzaine d'années pour qu'internet devienne une pratique massive en France. En 2012, 78 % des personnes résidant en France métropolitaine déclaraient avoir un accès à Internet à leur domicile. Elles n'étaient que 56 % en 2007 et 12 % en 2000. Mais ce taux d'équipement varie sensiblement selon les catégories d'âge : 96 % pour les moins de 30 ans, 85 % jusqu'à 60 ans et seulement 23 % à partir de 75 ans. Selon cette étude, la fracture numérique se réduit également entre catégories sociales. Quatre ouvriers sur cinq naviguent désormais sur le web alors qu'ils n'étaient qu'un sur deux en 2007. Les cadres quant à eux étaient déjà connectés au web dans leur quasi-totalité en 2007.

L'INSEE s'est également penchée sur les différents usages de l'Internet mobile. 69 % des répondants déclarent envoyer et recevoir des courriels, 30 % lisent ou téléchargent des journaux ou des magazines, et 39,5 % jouent ou téléchargent des jeux, des images et de la musique. Quant au téléchargement et à la lecture de livres numériques, ils demeurent à ce jour une pratique marginale : 5,6 % des usages.

 Au niveau mondial, la fracture numérique se creuse. En effet, d'après un rapport de l'Union internationale des télécommunications (UIT) sur la mesure de la société de l'information de 2014, 78% des ménages des pays développés ont un accès à internet, contre 31% pour ceux des pays en développement et 5% pour ceux des pays moins avancés. Le schéma ci-après extrait de ce rapport offre une illustration de cet écart.

fracture numerique

Pourcentage de ménages ayant accès à internet, en fonction du niveau de
développement, 2005-2014 (partie de gauche), et par région, 2014 (partie de droite)

(Source: Base de données UIT des indicateurs de télécommunication/TIC dans le monde).

2. Mesure de la fracture numérique

 Indice de développement des TIC (IDI) qui est une valeur repère (présentée sur une échelle de 0 à 10) composée de 11 indicateurs de référence ayant pour objectif de suivre et de comparer les progrès accomplis en matière de TIC dans différents pays. Il est calculé et publié par l’Union internationale des télécommunications (UIT) qui établit un classement des pays en fonction de leur niveau d’accès aux TIC, de leur utilisation des TIC et de leurs compétences en TIC. Les outils TIC pris en considération regroupent le téléphone fixe et mobile, l’ordinateur, l’accès à l’internet et la connexion à haut débit. Entre 2012 et 2013, tous les pays ont accru les valeurs de l’IDI. Plus de 3 milliards de personnes sont désormais en ligne et on observe une croissance soutenue des TIC dans presque tous les pays du monde. L'utilisation d’internet a enregistré une croissance de 6,6 % en 2014.
 Pour évaluer l'importance de la fracture numérique, on peut utiliser l'indice Gini qui est un indicateur permettant de calculer les inégalités se calculant par rapport à la courbe de Lorentz. Cet indicateur permet non seulement de suivre dans le temps des disparités d'équipement, mais également de révéler quels sont les facteurs discriminants de l'appropriation des outils numériques : niveau d'études, profession, âge, lieu de résidence, niveau de revenu. En 2005, le département "Conditions de vie et aspirations des Français" du CREDOC a mené des recherches sur "la dynamique des inégalités en matière de nouvelles technologies". Les résultats de ces recherches ont été publiés en novembre 2005 dans le cahier de recherche n° 217 du CREDOC.

3. La fracture cognitive

L'essor des TIC a créé des conditions nouvelles pour l'émergence de sociétés du savoir. Mais ces dernières supposant une maîtrise de l'information numérisée, on est passé d'inégalités liées à l’accès aux TIC aux inégalités sociales liées à leur usage. En d'autres termes, il existe de nombreuses asymétries liées au savoir qui créent une véritable fracture cognitive.

De nombreuses recherches soulignent qu'au moment où certaines inégalités en termes de possession d'ordinateur et d'accès à internet semblent se résorber dans certains pays, notamment industrialisés, de nouvelles disparités apparaissent autour de l'usage des TIC. Comme l'écrit Warschauer, « la question clé devient alors non plus l’accès inégal aux ordinateurs, mais bien les manières inégales dont les ordinateurs sont utilisés ».

L'usage des TIC, notamment l'exploitation des contenus disponibles sur internet, requièrent l'acquisition et la mobilisation de compétences numériques. Il existe trois niveaux de compétences numériques :
· les compétences instrumentales qui ont trait à la manipulation du matériel et des logiciels.
· les compétences structurelles ou informationnelles qui concernent la nouvelle façon d’entrer dans les contenus en ligne, c’est-à-dire chercher, sélectionner, comprendre, évaluer, traiter l’information.
· les compétences stratégiques relatives à l’aptitude à utiliser l’information pour prendre des décisions.

4. Glossaire

Economie numérique : « Ensemble des processus par lesquels les agents économiques utilisent les TIC dans leurs opérations de production, de consommation, etc. » (Observatoire du numérique).
Fracture cognitive : Inégalité d'usage des TIC.
Fracture numérique : Inégalité d'accès aux TIC.
Information : Elément de connaissance susceptible d'être représenté à l'aide de conventions pour être conservé, traité ou communiqué.
Internet : Ensemble de réseaux informatiques privés et publics interconnectés grâce à un protocole de communication commun.
PCS : Profession-Catégorie Sociale.
Technologies de l'information et de la communication (TIC) : Ensemble des outils techniques permettant l’échange d’informations internes et externes d’une entreprise : réseaux et télécommunications, systèmes informatiques, sites Internet et autres médias électroniques, environnements collaboratifs.

© Copyright ANDESE
Le présent document est protégé par les dispositions du code de la propriété intellectuelle. Les droits d'auteur sont la propriété exclusive d'ANDESE (Association Nationale des Docteurs ès Sciences Économiques et en Sciences de Gestion). La copie ou la reproduction (y compris la publication et la diffusion), intégrale ou partielle, par quelque moyen que ce soit (notamment électronique) sans le consentement de l’éditeur constituent un délit de contrefaçon sanctionné par les articles L. 335-2 et suivants du code de la propriété intellectuelle.