Imprimer
Catégorie parente: Chronique
Catégorie : Nadia Antonin
Affichages : 6010

La France a entamé une transition démographique qui se caractérise par une augmentation de la longévité des Français et par une croissance forte et continue des classes d’âge élevées. Les personnes de plus de 60 ans sont aujourd’hui plus de 15 millions et devraient représenter 20 millions de personnes en 2030 (soit un tiers de la population française). Ce vieillissement de la population a bouleversé la donne démographique et ouvert un nouveau créneau : l'économie des seniors ou "silver economy".

1 - Qu'est-ce que l'économie des seniors et quel est son impact sur l'économie dans son ensemble ?

1 - 1 Le concept d'économie des seniors
L'économie des seniors est un ensemble d'activités économiques et industrielles destinées aux seniors. Elle a été créée en France en 2013 par la signature d'un contrat de filière "Economie des seniors" par le ministère de l'économie et celui chargé des personnes âgées "afin de créer un écosystème national et régional destiné à soutenir le développement du secteur, de faire émerger un grand marché en France et aussi d'exporter ce savoir faire" . Cette nouvelle filière avait pour ambition de devenir un secteur transversal créateur d'emplois et un relais de croissance pour la France. L'économie des seniors ne concerne pas un seul secteur mais plusieurs comme la santé, la sécurité et l'autonomie, l'habitat, les services (services à la personne, aide ménagère, prévoyance, ...), les loisirs, la communication et les transports (aide à la mobilité, transports adaptés, aide à la mobilité, etc.).

1 - 2 Impact de l'économie des seniors sur l'économie
Cette nouvelle économie apparaît comme particulièrement prometteuse. En 2013, elle représentait 92 milliards d'euros et va dépasser les 130 milliards en 2020. Selon le Centre de recherches pour l'étude et l'observation des conditions de vie (CREDOC), 54 % des dépenses réalisées par les particuliers étaient en 2015 le fait de seniors. Eu égard au développement du développement des marchés dédiés aux seniors et à l'évolution démographique envisagée, l'économie des seniors pourrait entrainer la création de 300 000 emplois d'ici 2020 et engendrer une augmentation de 2,4 % du PIB autour de 2040. Pour Serge Gérin, sociologue, "la France tente, avec trente ans de retard, de prendre exemple sur le Japon, qui très tôt a choisi de faire de la nouvelle donne démographique un levier d'innovation et de développement économique. Au Japon, le marché de la silver économie dépasse les 700 milliards d'euros". Un rapport de France Stratégie de décembre 2013 intitulée "La Silver Economie, une opportunité de croissance pour la France" révèle que les seniors jouent un rôle actif dans la création d'entreprise et qu'ils sont sources d'innovations. Le 29 juillet 2018, l'AFNOR a publié un premier rapport sur la Silver Economie à destination des professionnels qui veulent investir ce marché porteur sur lequel les besoins sont immenses. Neuf secteurs ont été identifiés : technologies de l'information, agroalimentaire, transports, habitat, lieu de travail, santé et action sociale, services financiers, sports loisirs et tourisme, biens de consommation.

Eu égard aux mesures gouvernementales adoptées à partir de 2017, la question se pose aujourd'hui de savoir si une "économie des seniors" constitue toujours une opportunité majeure pour retrouver, à travers son financement, des espaces de profit et de croissance aussi durables que le vieillissement lui-même.

2 - Est-ce la fin de l'économie des seniors ?

Les mesures prises à l'encontre des retraités vont d'une part peser sur le pouvoir d'achat de ces derniers et d'autre part, constituer les prémisses d'un conflit de générations.

2 - 1 L'érosion du pouvoir d'achat des retraités

2 - 2 Des mesures qui pourraient déboucher sur un conflit de générations
La solidarité intergénérationnelle a un impact important dans l'économie d'une nation. Elle peut influencer sa croissance, sa politique, ses ressources, etc.

Comme le rappellent John Martin et Edward Whitehouse de l'OCDE, "le mécanisme de la "solidarité intergénérationnelle" permet des échanges mutuellement avantageux, d'ordre financier ou non, entre les générations" (...). "Les générations plus jeunes profitent des investissements consacrés aux infrastructures, à l'éducation et à l'innovation et des divers legs de leurs ascendants tandis que les plus âgés bénéficient des systèmes de retraite et de santé et de la solidarité de l'Etat et de la famille. Les soins informels – aux personnes âgées ou aux jeunes enfants vulnérables – sont également dispensés de manière réciproque entre générations". Les solidarités intergénérationnelles demeurent fortes sous forme de multiples échanges, matériels, financiers (principalement des parents vers leurs enfants et petits-enfants), affectifs, aide en temps. Dans "Éléments de sociologie", Henri Mendras souligne que toute vie sociale est faite d'échanges entre générations. Pour ce sociologue, il faut "développer de nouvelles solidarités entre les générations afin d'éviter une "fracture générationnelle" et ne pas créer de nouvelles inégalités". En effet, un conflit intergénérationnel serait préjudiciable au maintien de la cohésion sociale. En d'autres termes, la solidarité entre générations, facteur de cohésion sociale, doit irriguer tout projet de société. Mais, comment peut-on parler de cohésion sociale lorsque les mesures qui sont prises viennent d'une part étayer l'argument selon lequel les retraités sont responsables des difficultés que rencontre la jeunesse et d'autre part renforcer les stéréotypes anti-vieux, ce que l'on appelle l'âgisme ?

Les retraités ont un rôle essentiel dans le fonctionnement de la société. Ils occupent une place particulièrement importante dans la vie familiale, citoyenne, associative, culturelle, politique et contribuent à la vie économique du pays. Le rôle du retraité, créateur de lien social, doit être affirmé et valorisé.

3 - Conclusion

L'érosion du pouvoir d'achat des retraités va non seulement peser sur la consommation mais également poser un problème sociétal. Qu'en est-il d'une société qui ne respecte pas ses anciens dont certains ont travaillé plus de quarante heures par semaine? Comme l'écrit le Professeur Berrut, "la société a besoin de ses seniors".

Les actifs qui constatent une baisse de leur niveau de vie ont la possibilité de travailler plus alors que pour les retraités c'est quasi impossible. Rappelons qu'en France, le monde du travail considère que vous êtes sénior à 45 ans ! Ainsi, bien qu'elle augmente depuis une vingtaine d'années, la proportion des seniors qui occupent un emploi en France reste inférieure à celle des pays européens. A titre d'exemple, dans la tranche d'âge 60-64 ans, 29,4 % travaille contre 42,5 % en moyenne chez les 28 membres de l'Union européenne. Le taux oscille entre 61 % et 68 % en Suisse, en Norvège ainsi qu'en Suède et atteint même 82 % en Islande.

4 - Glossaire

Contribution sociale généralisée (CSG) : Impôt prélevé sur les revenus d'activité et les revenus de remplacement afin de financer la protection sociale.
Note : Son taux varie en fonction des revenus concernés (salaires, pensions, de retraite, allocations chômage, etc.).

Génération : Ensemble des personnes ayant le même âge, ou à peu près, et qui vivent dans le même temps.

Indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) : "Indicateur permettant d'apprécier le respect du critère de convergence portant sur la stabilité des prix, dans le cadre du traité de l'Union européenne (UE), le traité de Maastricht" (Source : INSEE).

Solidarité intergénérationnelle : Aide sociale mutuelle et échange social réciproque.

Copyright ANDESE
Le présent document est protégé par les dispositions du code de la propriété intellectuelle. Les droits d'auteur sont la propriété exclusive d'ANDESE (Association Nationale des Docteurs ès Sciences Économiques et en Sciences de Gestion). La copie ou la reproduction (y compris la publication et la diffusion), intégrale ou partielle, par quelque moyen que ce soit (notamment électronique) sans le consentement de l’éditeur constituent un délit de contrefaçon sanctionné par les articles L. 335-2 et suivants du code de la propriété intellectuelle.